tout savoir sur la caféine

La caféine : informations, utilisation et effets secondaires

La substance psychoactive la plus populaire sur la planète est la caféine. Voici une explication détaillée de ce médicament et de ses effets sur l’organisme.

La substance naturelle connue sous le nom de caféine se trouve principalement dans les espèces végétales originaires des régions tropicales ou subtropicales de la planète. Comme la caféine est toxique pour les insectes et autres parasites, les plantes l’utilisent comme insecticide naturel.

Cependant, certains animaux peuvent bénéficier médicalement du café à des doses infimes. Les plantes contenant de la caféine ont été identifiées pour la première fois comme ayant des effets stimulants par les premières civilisations humaines, et dans certaines circonstances, ces plantes étaient même vénérées.

L’usage de la caféine s’est rapidement développé grâce à la découverte et au commerce du thé et du café par l’homme ; aujourd’hui, plus de 80 % des personnes dans le monde consomment de la caféine d’une manière ou d’une autre.

28 plantes contenant de la caféine

  • Coffea arabica
  • Coffea canephora Robusta
  • Coffea liberica
  • Coffea canephora Guarini
  • Coffea dewevrei
  • Coffea eugenioides
  • Coffea salvatrix
  • Coffea racemosa
  • Coffea kianjavatensis
  • Cola nitide
  • Cola acuminate
  • Huito Jagua
  • Theobroma cacao
  • Camellia ptilophylla
  • Camellia irrawadiensis
  • Camellia sinensis (thé)
  • Camellia assamica (kucha)
  • Camellia taliensis
  • Camelia kissi
  • Yerba Mate
  • Cassina (yaupon)
  • Guayusa
  • Paulliania cupana (guarana)
  • Paulliniayoco (yoco)
  • Té o’ maté
  • Espèces de citronniers (fleurs)
  • Espèce d’orangers (fleurs)
  • Espèce de pamplemoussier (fleurs)

Bien que l’on affirme souvent qu’entre 60 et 100 espèces de plantes contiennent naturellement de la caféine, il peut être difficile de trouver des plantes particulières qui ont été étudiées ou citées au-delà de celles figurant dans le tableau ci-dessus.

Les botanistes comptent probablement un grand nombre de sous-espèces et de variantes des plantes susmentionnées.

Composition chimique

La caféine étant un alcaloïde, la majorité de ses atomes proviennent de l’élément azote. Des alcaloïdes comme la morphine et la nicotine sont également largement utilisés.

La triméthylxanthine, autre nom de la caféine pure, est très soluble dans l’eau. La caféine a un point de fusion de 238 °C (460 °F), n’a pas d’odeur et a un goût assez amer. 4

Les effets de la caféine sur l’organisme

Le foie transforme la caféine en théophylline, théobromine et paraxanthine. Sur la base de la demi-vie typique de la caféine, qui est de 5 à 6 heures, une prise de 200 mg de caféine nécessite environ 40 heures pour être entièrement digérée.

Toutefois, c’est dans les 4 à 6 premières heures suivant l’ingestion que les effets de la caféine sont les plus perceptibles.

Facteurs affectant le métabolisme :

  1. Vos gènes, qui ont un impact sur l’efficacité de votre métabolisme et de la décomposition de la caféine, déterminent votre niveau de sensibilité à la caféine.
  2. La tolérance à la caféine s’acquiert avec le temps, au fur et à mesure que votre organisme s’adapte pour traiter la substance plus efficacement.
  3. Interactions entre substances Le métabolisme de la caféine peut être entravé par plusieurs substances et aliments, notamment la nicotine et des doses importantes de jus de pamplemousse.

Les effets bénéfiques de la caféine

La caféine est métabolisée par l’organisme, mais elle a un certain nombre d’effets bénéfiques bien documentés sur l’organisme et ses fonctions. Voici quelques-uns des principaux résultats.

  • Éveil / vigilance

Pour ce faire, les récepteurs d’adénosine du cerveau sont bloqués. Le cerveau reçoit l’alerte de l’adénosine lui indiquant qu’il est temps pour le corps de se calmer et de s’endormir.

  • Réduction de la douleur

La caféine aide à inhiber la sensation de douleur dans le cerveau et diminue l’inflammation.

  • Endurance

On pense que la caféine affecte la façon dont les muscles utilisent le glycogène, ce qui prolonge le temps avant que la fatigue musculaire ne s’installe.

  • Productivité/motivation

Les niveaux de dopamine augmentent à la suite de la consommation de caféine, ce qui se traduit par une humeur optimiste.

  • Effets neurologiques

On pense que la caféine peut guérir diverses formes de problèmes d’hyperactivité ainsi que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et d’autres maladies dégénératives.

Les conséquences néfastes

Si la caféine présente certains avantages, elle a aussi des inconvénients, qui dépendent de la quantité ainsi que de la tolérance et du degré de sensibilité de l’individu.

  • Insomnie

Une consommation de caféine trop tardive dans la journée peut rendre difficile l’endormissement et le maintien du sommeil pendant la nuit.

  • Tremblements

La caféine peut provoquer chez certaines personnes des tremblements légers à graves des mains.

  • Dépendance

Certaines personnes peuvent avoir du mal à consommer de la caféine avec modération en raison de sa légère dépendance.

  • Maux de tête après le sevrage

Les personnes dépendantes de la caféine doivent prendre environ la même dose chaque jour pour éviter de souffrir d’un mal de tête de sevrage pénible.

  • Une pression artérielle plus élevée

Le métabolisme de la caféine génère des hormones de stress, ce qui augmente la pression artérielle.

  • Danger de surdosage

Les adultes qui consomment plus de 400 mg de caféine par jour peuvent présenter les symptômes modérés à graves d’une surdose de caféine. Les enfants ou les personnes souffrant de problèmes cardiaques sous-jacents peuvent en souffrir avec des doses beaucoup plus faibles.

  • Anxiété

La caféine peut rendre les gens plus anxieux, en particulier ceux qui ont des problèmes d’anxiété ou de stress.

  • Exacerbe les problèmes cardiaques

La caféine peut être dangereuse pour les personnes ayant des problèmes cardiaques sous-jacents, car elle augmente la fréquence cardiaque et la puissance des contractions du cœur. Cependant, elle ne semble pas induire une physiologie cardiaque aberrante.

Il est recommandé aux utilisateurs de caféine qui ressentent des effets secondaires défavorables d’arrêter complètement leur consommation ou de la réduire.

La caféine dans les aliments et les boissons

Les scientifiques de l’agroalimentaire ont commencé à fabriquer de la caféine en tant qu’ingrédient pour une variété de boissons et de repas, après l’avoir initialement ingérée uniquement en mangeant des parties de plantes qui en contiennent naturellement.

Des recherches montrent que plus de 800 produits contiennent une certaine quantité de caféine, et il reste encore un grand nombre de produits d’autres pays à inclure.

La caféine est souvent présente dans les boissons et aliments à base de chocolat, de café et de thé, les sodas, les boissons énergisantes, les shots énergisants et divers compléments, notamment les analgésiques et les compléments de remise en forme.

La majorité des organismes de réglementation des aliments, n’exigent pas que les aliments contenant de la caféine d’origine naturelle, comme le café ou le thé, déclarent cette information sur l’étiquette ; néanmoins, toute caféine qui a été ajoutée au produit doit être divulguée.

Nous prévoyons que davantage d’entreprises divulgueront volontairement la quantité de caféine contenue dans leurs produits sur les étiquettes.

Quelle quantité est sans danger ?

La caféine est un stimulant, elle doit donc être traitée avec précaution et utilisée avec modération sur une base régulière. Il existe certaines recommandations établies qui sont acceptées par les autorités sanitaires, même si la quantité de caféine sans danger peut varier en fonction de la tolérance, de la sensibilité, du poids, de l’âge et des antécédents médicaux d’une personne.

  • 300-400 mg par jour pour les adultes en bonne santé
  • Enfants (13 à 18 ans) : 100 mg par jour
  • Aucune, mais pas plus de 3 mg par kilogramme de leur poids corporel pour les enfants de moins de 12 ans.
  • Femmes enceintes : limitez la dose quotidienne à 100-200 mg.

L’accoutumance à la caféine

Le problème le plus important de la consommation de caféine est qu’elle crée une forte dépendance.

Bien que la caféine n’ait pas encore été incluse dans la liste des drogues couramment utilisées tenue par le National Institute on Drug Abuse, elle entraîne en fait un certain degré de dépendance.

La dépendance à la caféine n’a pas été classée comme un trouble diagnostiquable, bien que le surdosage de caféine et le sevrage de la caféine viennent d’être ajoutés à la version la plus récente du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5).

Les consommateurs de caféine qui ont essayé d’arrêter d’en consommer peuvent confirmer que la caféine induit effectivement un certain degré de dépendance physiologique et psychologique.

La dépendance à la caféine peut varier en gravité, de mineure à sévère, et dans la plupart des cas, la plupart des individus peuvent la gérer sans nuire à leur santé. Ce n’est pas le cas si des quantités excessives de caféine sont consommées quotidiennement ou si la caféine est ingérée via des boissons sucrées, qui sont associées au diabète de type 2 et à l’obésité. 15

Toute personne qui commence à consommer des quantités supérieures à ce qui est considéré comme sûr ou si le fait d’avoir une quantité suffisante de caféine interfère avec le travail ou le fonctionnement quotidien doit envisager de réduire sa consommation de caféine.

Consommation de caféine et accidents mortels chez l’homme

La caféine est un poison. Par conséquent, si une trop grande quantité est ingérée d’un seul coup ou rapidement, elle peut entraîner de graves réactions de surdose, voire la mort. La DL50 de la caféine, ou dose mortelle, pour les humains est généralement de 150 mg par kilogramme de poids corporel par jour

La dose mortelle peut toutefois être beaucoup plus faible en fonction de la constitution génétique et des antécédents médicaux de l’individu. La caféine a été liée à de nombreux décès bien documentés et, dans la majorité des cas, la dose absorbée était inférieure à la DL50.

Plusieurs organisations de consommateurs (ainsi que des politiciens) ont demandé la restriction des produits dangereux contenant de la caféine en réponse aux décès liés à la consommation de caféine, en particulier chez les adolescents. Ces organisations font pression pour que des limitations plus strictes soient imposées sur la façon dont les enfants peuvent acquérir de la caféine.

Le secteur industriel

Malgré les effets négatifs de la consommation de caféine, il est peu probable que les gens cessent d’en consommer de sitôt. L’Organisation internationale du café estime que le marché mondial du café représente à lui seul 60 milliards de dollars, et que le marché des boissons et shots énergétiques représente plus de 13 milliards de dollars rien qu’aux États-Unis.

Depuis que la Chine a adopté le café à base d’espresso, la demande des consommateurs pour rester énergiques n’a jamais été aussi forte.

En raison de l’énorme poids financier de l’industrie, toute restriction concernant les produits caféinés n’aura probablement pas beaucoup d’impact. Toutefois, des exigences plus strictes en matière d’étiquetage de la caféine, incluant très probablement les quantités de caféine et les avertissements de sécurité, peuvent être à prévoir. 

L’éducation est essentielle.

L’élément le plus crucial pour aider les individus à utiliser la caféine en toute sécurité est de les éduquer sur la caféine. Les consommateurs seront en mesure de faire des choix éclairés et responsables quant à la consommation de caféine pour eux-mêmes et pour les mineurs dont ils ont la charge s’ils connaissent la quantité de caféine présente dans les produits qu’ils consomment ainsi que les risques associés à une ingestion excessive.

Afin d’inculquer la connaissance et la sécurité de la caféine à notre société dès le plus jeune âge, les écoles devraient inclure des instructions sur la sécurité de la caféine dans leurs programmes de santé.

Il est essentiel de savoir comment consommer la caféine de manière sûre et responsable, car la consommation de caféine n’est pas prête de disparaître.